RSS
Galerie

L’AMI AMÉRICAIN et MANDRIN…

Hélas comme nombre d’entre vous, sans doute, sans vouloir encore sacrifier à la restauration rapide, je me laisse aller à la pensée-minute et à l’écriture-flash sur facebook, petite photo qui en dit long, lien d’un article que je n’ai pas eu le temps de développer moi-même, caricature éloquente… Paresse ? Procastination? Dispersion des centres d’intérêt ? Peu importe, toujours est-il que  je délaisse ce blog auquel j’étais pourtant attaché et qui porte le titre prometteur de « Acte I », ce qui laisse supposer qu’il y en aura un deuxième, puis un troisième, voire un épilogue…Mais voilà que déjà, je me disperse en digressions loin du titre de cet article ! J’avais en effet, envie d’ouvrir une page de mon blog comme j’ouvrirais la porte de mon domicile à un ami, l’ami Américain Michael Kwass.kwass_D3J6461 Nous avons découvert son livre  » Louis Mandrin ou la mondialisation de la contrebande au XVIIIe siècle » à sa parution en français en juin 2016, imaginez notre surprise et notre émerveillement – alors que nous travaillions depuis quatre ans sur le sujet auprès de nos amis Rhône-Alpins pour réveiller leur mémoire et leur intérêt sur ce personnage hors-norme et tellement en résonance avec notre époque ! – de découvrir qu’un professeur d’Histoire à des milliers de kilomètres de là écrivait l’un des ouvrages les plus passionnants qui soient sur Louis Mandrin ! 61P0Uwewy4L._SX359_BO1,204,203,200_ J’ai immédiatement pris contact avec lui, grâce à la magie d’internet (eh oui internet, peut aussi être magique !), il m’a répondu très rapidement dans un français impeccable (hélas pour mon anglais !) et depuis nous jetons les bases d’une « rébellion »franco-américaine, sans doute nourrie par la situation politique de nos pays, sans que nous ayons besoin de beaucoup de mots pour comprendre qu’il n’y a pas de hasard si Mandrin, nous a réunis. Qui est Michael Kwass ? Il est professeur à la prestigieuse Johns Hopkins University de Baltimore où il étudie la culture politique et économique de la France moderne. Ses travaux de recherche s’étendent de l’époque de Louis XIV à la Révolution française, en se concentrant sur les questions de formation de l’État, les élites politiques et populaires, la pensée économique la période des Lumières, et, plus récemment, la mondialisation et de la consommation. Il s’intéresse également aux méthodes historiques et la théorie sociale. Naturellement, je n’oserai pas lui avouer que j’ai attendu hier et l’opportunité d’un documentaire proposé par « Médiapart » intitulé « Howard Zinn une histoire populaire américaine » pour découvrir cet historien magnifique et plein d’autres heros du mouvement ouvrier américain dont j’ignorais l’existence, à ma grande honte, et les Emma Goldman, les Mother Jones etc. Récemment, nous avons fait parvenir à Michael Kwass la version sous-titrée de notre documentaire « 1725-1755 les années Mandrin » et voici le petit mot que nous avons reçu en retour:  »

Bonjour Michèle et Jean-Max,

Merci de m’envoyer le DVD (version sous-titrée).  Je suis ravi d’etre votre ambassadeur Etats-Unien pour le film et le site.  On a besoin des rebelles comme Mandrin aujourd’hui plus que jamais! 

Bien amicalement,

Michael

 

 
2 Commentaires

Publié par le 03/19/2017 dans Mes Articles

 
Galerie

LES ENFANTS DU SILENCE

hd1617_enfantsdusilenceSi mon cher Laurent NATRELLA  (talentueux metteur en scène de ma pièce « Après une si longue nuit », que vous aurez l’occasion de revoir le 1er mars au Sel à Sèvres et les 2,3,4 mars au Théâtre Montansier de Versailles…Il n’y a pas de mal à se faire un peu d’auto-promo! ) ne jouait pas dans les « Enfants du silence » de Mark Medoff, aurais-je été revoir cette pièce que j’avais vue à la création en…1993 (eh oui, déjà) ? Je n’en suis pas sûre. J’aurais sans doute froncé les sourcils en disant: « Comment ça ?  « Les Enfants du silence » à la Comédie Française !.. Et jouée par des entendants ! Alors que j’ai assisté au triomphe de la magnifique Emmanuelle Laborit…une « vraie » sourde, élue révélation des Molières 93…!  » J’aurais peut-être dit ça… Eh bien, j’aurais EU TORT !!  Oh combien ! Si je vous dis que Laurent NATRELLA campe un orthophoniste, tendre, attentif, charmant, maladroit, drôle, craquant, vous penserez que je suis de parti pris …peut-être un peu…mais à peine, la preuve Sarah craque ! Et le public craque aussi pour Sarah, Françoise Gillard, qui parvient à nous faire oublier qu’elle n’est pas sourde, mais qu’elle « joue » une sourde et « signe » avec un naturel, une énergie,  une virtuosité confondante, quant au reste de la troupe:  Elliot Jenicot, Anna Cervinka, Catherine Salviat, Coraly Zahonero et Alain Lenglet, ils sont tous irréprochables. Oui, la Comédie Française a bien fait de faire rentrer la langue des signes dans son répertoire, c’est un premier pas vers le signe fédérateur de Sarah à la fin de la pièce  et peut-être que la prochaine étape verra l’entrée d’un ou d’une comédienne sourd(e) dans la troupe. 12481-1 Qui sait ? Le monde avance parfois dans le bon sens …!

 
 
Galerie

MOI, DANIEL BLAKE…

Il y a deux ans, c’était ça…

charlie-hebdo-une-scene-guerre-un-massacre-un-carnageEt nous étions tous CHARLIE, nous le sommes toujours, mais en plus, nous sommes Hyper Cacher, Bataclan, Nice etc. Mais je crois aussi que nous sommes des migrants, comme nous avons tous été autrefois des « Juifs allemands », surtout quand un agriculteur écope de huit mois avec sursis pour avoir hébergé des migrants…au pays des « Droits de l’Homme »…Mais nous sommes également des « Daniel Blake ». Oui, je sais ce film de Ken Loach a obtenu la palme à Cannes, l’an dernier…C’est déjà vieux…Zappons ! Zappons ! Et NON ! Et merde, ce film que je n’ai pas pu voir à sa sortie, me hante depuis que je l’ai vu. Il devrait être prescrit sur ordonnance à tous ceux qui voteront bientôt ! Qu’ils écoutent bien les discours des candidats, surtout ceux qui s’appuient sur le bel exemple de la Grande Bretagne, comme modèle économique avec un si petit taux de CHÔMAGE  ! QU’ILS AILLENT TOUTE AFFAIRE CESSANTE VOIR »Moi, DANIEL BLAKE ! « C’est de la fiction plus réelle que la réalité, c’est ce que vivent les Anglais depuis que la délicieuse Madame THATCHER  a fait crever Bobby Sand et émerger « Les Virtuoses »…Mais c’est aussi  l’univers kafkaïen  dans lequel nous entrons  à grands pas…Oh le joli monde de MAGGY dans lequel, il n’y a presque pas de chômage, parce que ces vilains paresseux qui essaient de profiter de l’argent généreusement distribué par l’Etat ( 484 euros par mois en Angleterre, soumis à l’impôt et surtout soumis à l’épée de Damoclès au dessus de la tête de chaque chômeur, qui aurait pointé avec 5 minutes de retard ou qui ne prouverait pas les 35 heures de recherche d’emploi par semaine, Ah Mais ! On ne va quand même pas engraisser tous ces bons à rien, mieux vaut les gicler de la liste des demandeurs d’emploi !) Nous SOMMES TOUS DES DANIEL BLAKE EN PUISSANCE et comme lui nous avons tous  envie de prendre la seule arme à notre portée, un CRAYON ou une BOMBE de peinture pour écrire notre désespoir, notre impuissance…648x415_daniel-blake-ken-loach E

Et comme lui dire simplement à cette société : « « Moi, Daniel Blake, je suis un homme, pas un chien. Je suis un citoyen. Rien de plus mais rien de moins non plus. » moi-daniel-blake-visuel2

 
 
Galerie

« CECI EST MON CORPS »…

ceci-est-mon-corps-affichePOUR DÉFENDRE UN CINÉMA « REBELLE » !..Un cinéma indépendant qui se bat pied à pied pour exister et qui le mérite! Mais je vais commencer par battre ma coulpe (Non, non n’y voyez aucun lien de cause à effet avec le titre du film ! )puisque j’assistais SEULEMENT  hier soir à une projection du film de Jérôme Soubeyrand alors que l’équipe fêtait ses deux ans d’exploitation au cinéma « LA CLEF ». Mais, promis, j’avais toujours une bonne excuse pour rater les précédentes projections! Vous n’avez pas entendu parler de ce film, après deux ans d’exploitation ? Comme c’est curieux ! Il est vrai qu’ils n’ont pas dû passer chez Drucker ou faire le 20h de France 2 , Jérôme Soubeyrand malgré ses beaux yeux bleus, n’est pas un trentenaire « émergent »capture_d__cran_2015-03-19___11-40-20-1426761671et il a, de surcroît, la mauvaise idée de mettre en scène en personnage féminin principal, une femme de plus de cinquante ans, même pas liftée (formidable Marina Tomé !Un tempérament à la Anna Magnani! ) Marina Tomé

pour nous raconter avec intelligence et humour la découverte  tardive mais jubilatoire de la sexualité par un curé ardéchois (j’ai bien dit « SEXUALITÉ », pas pédophilie…Non, une sexualité libérée, multiple et joyeuse entre adultes consentants !) . Difficile avec tout ça et malgré la prestation de Christophe Alévêque – qui fait le plein au Théâtre du Rond Point et dans les théâtres où il se produit – d’être affiché sur les Champs-Elysées et d’être distribué dans autant de salles que quelques navets notoires (et récents) que je préfère ne pas citer pour ne pas leur faire de pub posthume… Heureusement que sur son chemin, l’acteur-auteur-réalisateur Jérôme Soubeyrand a eu le bonheur de rencontrer Pierre-Loup Rajot acteur (il fût l’élève de Patrice Chéreau au Théâtre des Amandiers de Nanterre) réalisateur et maintenant producteur et distributeur …avant de ranger définitivement son scénario dans un tiroir. Oh, combien de scénarii finissent leur vie dans des tiroirs pour n’avoir pas rencontré un Pierre-Loup Rajot capable d’accoucher une oeuvre qui le mérite ?! Et c’est en cela que je reviens sur la première phrase de ce billet sur un cinéma « rebelle » qui se bat contre un système qui l’étouffe et contre les idées reçues et ceci rentre non seulement en cohérence avec « notre » aventure « Projet Mandrin » mais également avec le précédent article de ce blog sur « Un démocrate » la pièce mise en scène par Julie Timmerman qui nous explique la méthode de Edward Bernays. Ce neveu de Freud avait appris à partir d’un détournement des théories de son oncle sur l’inconscient, comment manipuler les masses. Nous vivons aujourd’hui sous l’influence des héritiers de Edward Bernays, les hommes politiques, la télé et tous les acteurs susceptibles d’agir sur notre « temps de cerveau disponible« déterminent nos envies et nos goûts. « ON » sait ce qui va NOUS plaire ! Dictature douce, mais dictature insidieuse, comme celle imposée par les évangiles selon St Paul décortiquées dans le film par Michel Serres et Michel Onfray…Soyons hédonistes! Soyons rebelles ! Fuyons toutes les chapelles qui rétrécissent l’esprit et SURTOUT GUETTEZ LES PROJECTIONS DE « CECI EST MON CORPS »! DEMANDEZ LE FILM À VOS CINÉMAS INDÉPENDANTS ! Une partie de l’équipe se fait un plaisir de débattre avec vous après la projection. Yohan Campistron (Gilberto), Christophe AlévêqueLaetitia Lopez, Marina Tomé

 
2 Commentaires

Publié par le 12/11/2016 dans Mes Articles