RSS
Galerie

UN APRÈS-MIDI AU MUSÉE…

J’ai souvent dit ici le bonheur que j’éprouvais à jouer les touristes à Paris au mois d’août. Je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de le faire depuis mon retour d’Avignon pour cause de « devoirs de vacances »…Devoirs qui n’en étaient pas puisqu’il s’agissait d’écritures passionnées et passionnantes et donc point de vacances pour le moment…Mais peu de temps pour faire la touriste, mis à part une visite à l’expo de la « Beat Génération » à Beaubourg pour une petite révision de cette période particulièrement riche sur l’invention littéraire et artistique qui a donné l’impulsion de toute la créativité de la deuxième moitié du vingtième siècle. J’en ai rapporté un petit livre- manifeste de Jack Kerouac sur « Les origines d’une génération » tout à fait passionnant et qui se termine par ces mots : » Malheur à ceux qui crachent sur la Beat Génération, le vent le leur renverra »….!!! Et aujourd’hui donc, par cette gris journée du mois d’août j’ai décidé d’aller au Musée d’Art Moderne avant que ne se termine l’exposition sur Albert Marquet « Le temps suspendu ». Je trouvais que ce titre correspondait bien à ce mois d’août parisien, cette parenthèse silencieuse avant le retour trépident de tous ceux qui ont déserté la capitale pour des cieux plus cléments et qui viendront bientôt mettre à profit sous nos yeux leur énergie boostée au bon air survitaminé. J’ai donc voulu aujourd’hui sinon « suspendre » le temps, mais au moins le prendre et l’étirer un peu devant les oeuvres de ce peintre qui nous raconte le Paris du vingtième siècle jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale. Lui aussi prend le temps de regarder Paris, les quais de la Seine  et l’eau, les reflets, les ports d’où l’on regarde les autres partir…ok-une-10-08

WP_20160819_002#1

Mais je pense que l’une de mes toiles préférées, c’est cette simple fenêtre ou plutôt ces persiennes d’Alger qui m’évoquent bien des souvenirs…ok-fenetre-1

En quittant l’exposition, je n’ai pas pu partir sans aller m’égarer un moment dans les collections permanentes…Quel bonheur, quelle fête pour les yeux, pour la tête, pour le coeur de se goinfrer de Picasso, de Bonnard, de Matisse, de Van Dongen, de Dufy, de Braque, de Chirico, de…de…d’autres, tant d’autres. Comprendre enfin, pourquoi le livre de Chéreau « Des visages et des corps » m’accompagne depuis de longs mois sur ma table de chevet…Et enfin rire devant un tableau appelé « La promenade du dimanche au Tyrol » de Jean Fautrier et qui nous montre toute une brochette de femmes et enfants apprêtés pour la promenade dominicale qui n’ont certes pas mangé « du clown » au petit déjeuner!!!!

Promenade du dimanche au Tyrol!!!!!!!

 

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 08/19/2016 dans Mes Articles

 
Galerie

SILENCE…

Entre rêve…WP_20150902_003

Et réalité…

Bureau 2

« Après une si longue nuit » est rangé pour le moment avec les belles émotions et souvenirs du mois de juillet et d’Avignon…Le 1er août commence le grand entracte du silence parisien, ce qui permet de travailler au calme en rêvant un peu à la mer et au sable chaud…jamais tout à fait remplacés par « Paris Plage » ! Pourtant j’aime le mois d’août à Paris, je me sens un peu « touriste » et c’est dépaysant, j’espère pouvoir un peu lâcher mon clavier pour aller voir quelques expos et prendre le temps de flâner dans les rues (presque) désertes…Hélas, une de mes premières « balades » me conduira au Père Lachaise, je ne sais pas pourquoi, il y a toujours quelques copains qui ont la mauvaise idée de partir pour le grand voyage, quand les autres partent en vacances ! Lui,  s’appelait Gil BOURASSEAU, comédien-1metteur en scène, directeur de compagnie, passionné de théâtre avec encore plein de projets dans la tête…Nous irons t’applaudir une dernière fois, jeudi, salut l’artiste!

 
 
Galerie

3 P’TITS JOURS ET PUIS S’EN VONT…

Plus que trois jours si l’on compte ce jeudi pour aller voir « APRÈS UNE SI LONGUE NUIT » à 12h20 au Théâtre des Corps Saints à Avignon. En courant un peu vous devriez arriver à temps pour la représentation d’aujourd’hui !!!…(it’s a joke…quoique). Bien sûr samedi ne sera pas la « dernière » pour de vrai ! Et pour paraphraser Churchill : « it’s not the end, it’s not the beggining of the end, it’s the end of the beggining » !!!! Mais oui, le bel accueil du public et des professionnels depuis le début de l’aventure au théâtre de l’île à Nouméa…13219912_1095218007201678_977540313_n

grâce à une équipe magique, de comédiens d’abord: Elodie Menant, Max Bailleul, Slimane Kacioui et Olivier Dote Doevi, à leur metteur en scène Laurent Natrella, à Amélie et Sylvain de ZD Production, à la brillante assistante: Laure Berend-Sagols, la scénographe Delphine Brouard, les lumières de Elsa Revol, la création sonore de Dominique Bataille, sans oublier notre régisseur Arnaud Biheude, j’ai eu la chance de voir mon texte prendre vie tel que je l’avais rêvé! Je n’ose même plus afficher les très belles critiques et témoignages de spectateurs touchés par ce sujet qui rencontre l’adhésion du public dans une période qui appelle plus que jamais la fraternité…tant leur nombre est important. Je sais donc que cette « dernière » avignonnaise du 30 juillet n’est encore que le début de cette belle aventure. MERCI ! MERCI! MERCI!…

affiche

 
1 commentaire

Publié par le 07/28/2016 dans Mes Articles

 

10 jours au Festival d’Avignon

afficheJ’ai hésité à mettre « 10 jours en Avignon » mais on ne dit plus « en Avignon » c’est mal porté…aujourd’hui, il est de bon ton de dire « à Avignon »…les modes sont comme les goûts et les couleurs…changeantes ! Bref, me voici de retour après dix jours de festival et plus d’un mois d’absence sur ce blog. Des vacances ? Pas vraiment ! Des activités multiples ponctuées de quelques éclats fugaces d’Atlantique et de Méditerranée…pour ne pas imploser après deux mois de déluge parisien. Donc, ce soir retour d’Avignon et l’impression de revenir d’un long, long, interminable voyage la tête pleine de bruit,  de fureur et de mistral ! « Le monde entier est un théâtre, et tous hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles »… Comme dirait le grand Will et cette année je découvrais Avignon dans le peau de l’autrice ( si si « autrice », même si ça fait grincer quelques dentiers ). Position inconfortable et merveilleuse ! Inconfortable dans son impuissance de spectatrice muette et merveilleuse puisque les 4 acteurs portent mes mots bien au-delà de mon écriture. Ils ne jouent pas. Ils SONT Pierrot, Sarah, Samir, Tekitoi et le public ne s’y trompe pas.Après une si longue nuit-76 Que de ferveur ! Que d’émotion dans ce petit théâtre des Corps Saints ! J’ai serré dans mes bras des spectateurs connus ou inconnus de moi qui éprouvaient le besoin de libérer leurs larmes dans mon cou. Emouvant. Mais je n’ai quand même pas consacré tout mon temps avignonnais à savourer l’émotion des specteurs ! J’étais aussi là pour les Ecrivains Associés du Théâtre et nous avons eu le bonheur de voir la troisième édition de « PREMIÈRE APPROCHE » au Conservatoire le 12 Juillet au matin, en partenariat avec le Syndicat des Metteurs en Scène et les AAFA (Actrices et Acteurs Associés de France) Trois metteurs en scène découvrent avec cinq acteurs qu’ils ne connaissent pas, trois textes d’auteurs contemporains vivants puisés dans notre « CATALOGUE »et mettent à l’épreuve devant le public leurs premiers tâtonnements. Très bel exercice, riche d’enseignement et d’échanges fructueux sur des textes de Serge Sandor, Jean-Pierre Cannet et Louise Caron. Le soir, rencontre interprofessionnelle dans les jardins du « 43 »et le lendemain matin, petit déjeuner à la Civette autour du projet d’un nouveau salon du Théâtre « LES 400 COUPS ». J’ai, hélas eu peu de temps à consacrer à mes découvertes théâtrales, pas de « IN » cette année, tant pis nous irons voir les « DAMNÉS » à la Comédie Française, juste un petit tour à la Maison Jean Vilar pour voir l’exposition des maquettes de décors de la Comédie Française, très belle promenade dans l’évolution de la scénographie des 50 dernières années. J’ai fait part sur ma page facebook des quelques spectacles vus les premiers jours, J’ai eu le plaisir aussi de voir « POMPIERS » de Jean-Benoït Patricot au Théâtre du Balcon, un texte fort et remarquable avec deux très beaux acteurs : Camille Carraz et William Mesguich, « L’attentat » d’après Yasmina Kadra au théâtre des Halles avec une très belle prestation de Danielle Lopez, « LA QUEUE DE MICKEY » de Florence Muller et Eric Verdin aux « 3 Soleils » le bonheur absolu de l’humour décalé au sujet du bonheur « à tout prix » justement et enfin une rareté à découvrir :  » PROPAGANDA » une « fantaisie » soviétique, un seul en scène sans texte sur la propagande du temps de l’union soviétique ! joué par Jean-Pierre Cacérès, un bijou de burlesque « politique »à découvrir absolument dans une petit Ninon Théâtre.

 
2 Commentaires

Publié par le 07/16/2016 dans Mes Articles